Qui est David Renard ?

Qui est David Renard ?
Photo de David Renard

Auteur principal sur ce Blog. Passionné et professionnel depuis plus de 20 ans dans le développement informatique (logiciels, web, …) et dans les technologies web. Je suis actuellement responsable d’un service SI au sein d’une entreprise dijonnaise et toujours en quête de nombreuses aventures web. Mon savoir-faire et mes compétences, alliés à un entourage et un réseau fort me poussent à mettre en ligne ce blog personnel pour aider le plus grand nombre diffuser mon actualité.

Bourguignon de naissance

Je suis né le dimanche 29 janvier 1978 dans la petite ville bourguignonne de Châtillon-sur-Seine. Je suis donc né sous le signe du Verseau… Pourquoi cette remarque ? Et bien simplement pour introduire une citation trouvée sur un site d’astrologie à l’égard des enfants « Verseau » et qui correspond tout à fait à une grande partie de moi, et je penses que les personnes me connaissant très bien peuvent confirmer cette avance…

Très jeune, sur une plage quelque part dans le Nord de la France.

« Le petit garçon Verseau est un véritable extra-terrestre. Dès la naissance, il vous sourit et son regard est ailleurs : partout et nulle part. Il est insaisissable : tout et son contraire. Il est très sage et subitement, il fait une poussée d’excentricité. Ça étonne tout le monde, mais cette fantaisie sera toujours un de ses plus grands talents. Il adore rendre service et il est profondément gentil… quand il juge que la cause est bonne. Derrière son air d’indifférence, il cache une vraie sensibilité, mais il s’en protège très tôt : le « perso », c’est pas son truc. Il préfère les grandes idées. Aidez-le à ne pas se couper de ses sentiments, en le faisant parler. Il est tolérant et hyper-critique, mélange incroyable d’humilité et d’arrogance. Très tôt, il se croit un peu seul à comprendre les choses : apprenez-lui qu’il a peut-être raison pour lui, mais tout le monde n’est pas fait comme lui et son opinion ne vaut pas forcément pour les autres. Il a le culte de l’amitié et il est d’une indépendance farouche. On ne lui impose rien : on lui suggère. Rappelez-lui que « La liberté de l’un s’arrête là où commence celle de l’autre ». Il est très étourdi : c’est son côté « Professeur Nimbus ». Il peut être un peu nerveux : soit il se pose une question très scientifique, soit il s’ennuie. Il arrive que ce petit Verseau soit un enfant dit « précoce ». Il a toujours besoin d’être stimulé par la nouveauté. Il est très inventif : aidez-le à passer à l’acte. Son plus grand besoin : la liberté. « 

Une scolarité décisive

J’ai depuis mon plus jeune âge été un bon élève, du moins d’un point de vue des résultats ! Doté d’une bonne mémoire, j’appréhendais les cours de manière toujours sereine. J’ai tout au long de ma scolarité cultivé mon goût d’apprendre, et ce point reste d’actualité. La lecture m’a notamment permis d’acquérir des facilités de langage et de rédaction. J’ai toujours eu un attrait certain pour l’informatique.

Passé par les écoles primaires et élémentaires de Laignes puis de Ravières, j’ai suis mes années collège à Ancy-le-Franc. Ce fût pour moi l’occasion de découvrir de nombreux domaines comme la Chimie, la Génétique, … Je crois que ma famille doit encore se souvenir des essais « chimiques » à la maison ! J’ai également participé à l’expo-science d’Auxerre dans les années 90 sur cette thématique et il me semble qu’avec mon groupe nous avions rapporté un prix.

Puis vint le choix d’une orientation… Difficile ! Je me suis donc dirigé en Chimie, choix fait avec un camarade. Un choix plaisant, au début. Mais malgré de bons résultats, l’ennui se fut sentir. J’ai donc décidé de changer de voie et me lancer en électro-technique… Encore en suivant d’autres avis. J’ai obtenu mon BAS STI option électrotechnique.

Après avoir essayé de multiples branches d’études je suis enfin revenu à ma passion première en profitant de mes expériences pour bien fixer mon projet professionnel, et non plus conserver une vague idée de ce que je veux. Je me suis alors naturellement dirigé vers un BTS en Informatique Industrielle, une révélation.

Une orientation vers une passion

Je suis donc passé d’une formation de base en chimie, à un baccalauréat en électrotechnique, puis un BTS en Informatique Industrielle, section où je penses réellement m’être découvert. Tout du moins d’un point de vue professionnel. J’en remercie donc encore et toujours mes professeurs, M. Neuville et M. Vermeulen qui ont su révéler en moi cette vocation.

David RENARD, Les années BTS, d'excellents souvenirs très colorés !
Les années BTS, d’excellents souvenirs très colorés !

Ma passion pour cette discipline est telle que j’ai décidé d’en faire mon métier et de pratiquer même en dehors de celui-ci. Toutes les occasions étant bonnes pour acquérir de nouvelles compétences et pour partager celles que j’ai déjà acquises.

S’en suivi une formation de Chef de Projet International en Informatique et Réseaux, faute de disposer des fonds suffisants pour rejoindre Epita malgré une pré-admission. Cette formation m’a permis d’ajouter à mon cursus 2 mois d’études à Liverpool (Royaume Uni), et 4 mois à Breda (Pays-Bas)

Pourquoi ce parcours pour finalement revenir à mon idée première ?

Et bien, je dirais que, tout est défini clairement l’extrait sur le Verseau… Je me suis laissé guidé au lieu de penser en priorité à ce que je voulais. Mais je ne regrette bien sûr rien de mon parcours qui, selon moi, fut extrêmement enrichissant tant d’un point de vue professionnel que personnel.

Et puis, sans ce parcours, j’aurais jamais connu certaines personnes qui valent le coup !

Ce choix de cursus pour le moins atypique m’aura permis d’acquérir des compétences et connaissances qui me servent régulièrement dans mon métier. La Chimie apporte une certaine rigueur dans mes actions, un esprit cartésien et un esprit de synthèse. C’est à ce moment que j’ai mis en acquis mes compétences en rédaction de rapport technique.

La partie électrotechnique de mon parcours m’a permis de comprendre l’aspect industriel pouvant exister en informatique. L’automatisme et la robotisation sont des concepts qui développent nettement l’esprit logique. Cette formation m’a également apporté des compétences autour de l’électricité tant domotique qu’industrielle. La Terminale imposant un stage, j’ai pu travailler dans un milieu industriel, découvrir le travail en équipe et accroitre mes compétences sur le terrain.

L’informatique industrielle en BTS a forgé mes compétences en analyse et programmation. N’étant pas équipé à la maison, je développais sur papier dans le train, un excellent moyen pour apprendre à optimiser son code ! C’est aussi l’occasion de développer l’imagination en jouant mes algorithmes directement dans ma tête. Le stage obligatoire de fin de BTS m’a permis, avec un Ami, de créer mon tout premier site Internet, former du personnel d’entreprise à la bureautique et initier des pensionnaires d’un ESAT à l’informatique. Très enrichissant sur le comportement des utilisateurs. Ce fut aussi la première montée en compétences théorique de gestion d’entreprise.

Enfin, ma formation de Chef de Projet m’aura apporté des bases réseaux et système, et renforcé ma capacité à développer en complément des compétences de management de projet. Formation suivie en travaillant en parallèle pour payer mes études.

Je suis donc depuis lors dans le métier qui me plait, et satisfait.

Un parcours professionnel riche

Mon parcours professionnel m’aura permis de développer de multiples compétences.

Le Web et les sites Internet font partie de mon paysage quotidien que ce soit dans mon travail comme dans ma vie personnelle. depuis 1998, je n’ai cessé de créer et entretenir des sites Web. HTML, CSS, PHP, mySQL, PostgreSQL, les SSI… sont des technologies très familières que j’ai pu voir évoluer au fil des années.

Appréhender le monde du travail

Au début de ma carrière j’ai fait quelques petits boulots comme moniteur dans un centre d’aide par le travail, assister mon père dans l’entreprise de maçonnerie générale familiale, … Ces expériences m’ont permis de voir divers aspects du travail, en préambule à ma carrière.

Bosser pour payer ses études

Dès ma formation « Chef de Projet », j’ai dû travailler en complément de mes cours pour financer mes études. J’ai donc rejoins une entreprise dans l’agglomération dijonnaise pour créer des sites Web. Des balbutiements de PHP à Perl, avec des rendus en HTML plus ou moins dynamiques étaient mon quotidien. Je devais également gérer les hébergements et domaines de ces sites. 2 années très formatrices.

Entrée forte dans le monde industriel

A l’issue des mes études je suis directement entré dans le monde industriel, dans le secteur de la logistique. Technicien de support technique pendant 3 mois, puis Analyste-Programmeur. J’ai pu évoluer sur de gros systèmes en France comme à l’international. Développement en langage C, bases de données Oracle, Power Builder, contraintes de production et de rendements étaient mon quotidien, le tout sur Unix et Windows. Très vite je me suis imposé en leader sur le chantier où j’évoluais et j’ai géré jusqu’à 5 personnes en développement et support sur site. Une aventure stoppée au bout d’un peu plus de 2 ans pour raisons économiques.

Première expérience de création d’entreprise, en innovation

Dès mon départ de l’entreprise précédente, celui qui en était le directeur m’a contacté pour monter ensemble une entreprise autour d’une innovation. Le concept consistait à remplacer le cariste sur un chariot élévateur dans un entrepôt en enceinte protégée. L’aventure aura également duré 2 années. Nous avons conçus un prototype qui évoluait automatique dans notre Shoow-Room. Il se dirigeait seul piloté par un programme en C++ de mon cru, relayé par un automate dans le chariot. Une partie du programme automatisme, dont les réglages du PID ont été basés sur mes connaissances et mes anciens cours théoriques ! Les télémètres lasers aidaient au positionnement dans l’espace, et Dijkstra faisait le reste. Des contacts avaient été pris à l’ESIREM pour aller encore plus loin avec de l’intelligence artificielle. S’agissant d’une innovation, le temps vint à bout de notre trésorerie.

Logo de Baïno
Logo de l’entreprise Baïno

Cette expérience n’a jamais été vécue comme un échec pour ma part, beaucoup d’enseignements et de concepts m’ayant appris énormément sur le métier et sur la création / gestion d’entreprise.

Expérience dans les sites à très fort trafic

Suite à la radiation de Baïno, j’ai retrouvé un travail assez rapidement dans une petite entreprise. Lors de l’entretien il m’a été précisé que c’était du développement PHP, HTML, CSS sur base mySQL pour des sites à très fort trafic. J’aurai dû me douter que si on ne me précisait pas le thème des sites … c’était pour l’industrie du X ! Une expérience de courte durée qui humainement fut compliquée, mais enrichissante. J’ai pu apprendre à optimiser le code d’un site Web pour absorber au mieux les hauts trafics, appréhender mes premières vraies notions en référencement et appris à créer des packages d’installation stables en PHP.

Ne partageant pas les valeurs de cette entreprise, j’ai rapidement cherché et trouvé un nouvel emploi plus en adéquation avec moi.

La logistique et le transport de retour

J’ai donc rejoins sur Quetigny fin 2007 une entreprise spécialisée dans les logiciels et services aux transporteurs. Cette expérience m’aura permis de monter en compétence sur Oracle, son administration, PK/SQL. Ce fût l’occasion de créer des plateforme Web à destination des plateforme de transport / logistique, le tout hébergé à Quetigny. La seconde partie de mon expérience chez cet éditeur de logiciel m’a permis de découvrir les outils PC Soft : Windev, Webdev, … dans le cadre de développements logiciels.

J’ai fini au bout d’un peu plus de 2 ans par quitter cet emploi pour rejoindre une entreprise lancée en 2008 avec quelques Amis.

Une seconde aventure d’entrepreneur

Comme je l’avais déjà écrit en 2003 sur mon site perso de l’époque, j’avais et j’ai en projet de mettre sur pieds une entreprise pérenne avec des associés qui partagent mes valeurs. La première aventure débute en 2008 avec Gérard et Gaëtan. Nous avons fondé Shanarus Software. Une aventure de 4 années avec de nombreux projets tant en création de sites Web, que de référencement et développement logiciel. J’ai pu également renouer avec mon premier emploi industriel et après des mois de sous-traitance j’y suis retourné. Mon départ fut après environ une année fatal à l’entreprise, mon engagement en temps n’étant plus suffisant. J’ai pu acquérir sur le terrain, des compétences en commerce / vente et en administration d’entreprise lors de cette expérience en complément de mes compétences techniques.

Logo de Shanarus Software
Logo de Shanarus Software

Un retour en logistique industrielle

Assez peu de choses à dire sur cette expérience d’un point de vue métier. Quelques mises à jour technologiques et du pilotage de machines un peu différentes seulement. Mais j’ai eu la chance d’être élu secrétaire de CHSCT, disposer d’une habilitation électrique avec sa formation, être SST et personnel de première intervention incendie… Toute une découverte d’un autre aspect du monde du travail. J’ai de nouveau quitté cette entreprise au bout de 2 années, pour y revenir un peu plus tard en tant que sous-traitant.

La suite d’une aventure entrepreneuriale

La suite de mon parcours professionnel, s’est découpée en plusieurs phase de créations d’entreprise.

BE Informatique est une seconde tentative de création d’entreprise avec les mêmes associés qu’à l’époque. Bien entendu, l’idée était de ne pas recommencer les erreurs du passé. Cette entreprise repris les mêmes types de services que Shanarus Software. Elle fut stoppée par manque d’affaires dans un contexte économique assez tendu.

Logo de BE Informatique
Logo de BE Informatique

Je me suis dans la foulée lancé comme autoentrepreneur, un statut quasi-permanent depuis me permettant de toujours assurer un suivi des clients fidèles depuis Shanarus Software. Un statut qui fonctionne assez bien même si limité.

J’ai ensuite tenté l’aventure SARL en prenant les commande d’une entreprise créée pour l’occasion, 1 Solution. Aventure plaisante et plutôt bien engagée. Elle s’arrêta nette fin 2019. J’ai pris un risque pour un gros contrat qui s’est avéré être une arnaque et la banque ne m’a pas suivi. J’ai donc préféré stopper l’entreprise pour ne pas mettre mes salariés dans l’embarras.

Logo de 1 Solution

Ces créations et arrêts d’entreprises m’ont permis d’acquérir tout un savoir-faire sur le sujet et repérer mes erreurs. Est-ce que je me relancerai ? Bien sûr, mais avec des associés choisis pour des critères précis (techniques, administratifs, commerciaux, financiers, …) et engagés, avec des partenariats, …

La production informatique au service des collectivités

Engagé début 2019 comme Chef de projet informatique, puis récemment promu responsable du service SI Production et développement, j’évolue dans une entreprise dijonnaise. Les activités de l’entreprise sont de multiples bureaux d’études :

  • TELECOM : étude du déploiement de fibres optiques, relevés topo, …
  • Topographie
  • Cartographie
  • Relevé de bâtiments
  • Relevés de réseaux
  • Concept de gestion de cimetières
  • et récemment un concept de gestion de l’espace public pour les collectivités

La clientèle de l’entreprise est la collectivité et quelques grosses entreprises comme Orange, Enedis, SNCF.

Ce n’est pas une entreprise informatique ni un bureau d’études informatique, mais de l’informatique au service des prestations de l’entreprise.